Guillaume Des Autels, “Je pensois bien eschauffer ta froideur”, 1550

“A sa Sainte.”

Texte

Je pensois bien eschauffer ta froideur,
Dame qui tiens tant mon ame en esmoy ;
Ou, pour le moins, refroidir mon ardeur
En le faisant un peu toucher à moy.
Mais ce pendant le froid s’augmente en toy,
En moy le chauld de mon ardente flamme.
O quel miracle est cecy que je voy !
Mon feu te gele, et ta glace m’enflamme.

Source : Repos de plus grand travail, 1550.


Pour citer cet article : Guillaume Des Autels, “Je pensois bien eschauffer ta froideur”, 1550, texte édité par Charlotte Fuchs, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 26 avril 2022, https://fdt.hypotheses.org/1200, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search