Guillaume Des Autels, “O folles gens, qui par force conjoindre”, 1550

“Contre ceux qui font faire les mariages par force.”

Texte

O folles gens, qui par force conjoindre
Voulez deux corps, et deux Ames ensemble,
Avant qu’Amour les vienne tous deux poingdre
Du traict doré qui les Amans assemble !
Si prononcer j’ose ce que m’en semble,
Je vous diray un mot dessus ce poinct :
C’est que Dieu ceux ensemble ne joint point,
Qui de se joindre ensemble n’ont courage.
Mais quand Amour l’un et l’autre cœur poingt,
C’est le parfait moyen de mariage.

Source : Repos de plus grand travail, 1550.


Pour citer cet article : Guillaume Des Autels, “O folles gens, qui par force conjoindre”, 1550, texte édité par Anthony Bouard, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 21 avril 2022, https://fdt.hypotheses.org/1310, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search