Guillaume Des Autels, “Pensif je suis desja de ma nature”, 1550

“À Madamoiselle Jane de Salles, pour une fleur de pensee receue d’elle.”

Texte

Pensif je suis desja de ma nature,
Melancolique aussi. À ma naissance,
Entre les corps qui sont au ciel, Mercure
Fut le seigneur ayant plus de puissance.
Et toutesfois, Venus sans inconstance,
Vous me donnez encor une pensee,
Qui l’autre mienne ha plus fort avancee :
Car, confessant verité entre nous
(N’en soyez point, je vous pry, offensee)
J’en avois ja prins une autre de vous.

Source : Repos de plus grand travail, 1550.


Pour citer cet article : Guillaume Des Autels, “Pensif je suis desja de ma nature”, 1550, texte édité par Meri Ghambaryan, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 4 mars 2022, https://fdt.hypotheses.org/1323, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search