Étienne Forcadel, “Quand le Soleil eclipsa vers la None”, 1551

“De l’eclipse du Soleil, à Clytie.”

Texte

Quand le Soleil eclipsa vers la None,
Il ne fut point de la Lune obscurci,
Comme l’advis d’Astrologie ordonne,
Mais, de te voir, il vint bleme et transy :
Car ta beauté qui plait, et luit aussi,
Peult empirer le lustre des Planettes,
Mesme Phebus, qui pour les amourettes
Ha oublié souvent sa majesté.
Dont les devins ont perdu leurs lunettes,
Pour n’admirer ta celeste beauté.

Source : Poësie, 1551.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Equipe éditoriale de la Fleur des Tanneurs (26 avril 2022). Étienne Forcadel, “Quand le Soleil eclipsa vers la None”, 1551. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opik


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search