Bonaventure Des Périers, “Que me mettiez ainsi au choiz de dire”, 1544

“À la Royne de Navarre.”

Texte

Que me mettiez ainsi au choiz de dire
Combien je veulx avoir de vous de gage,
Je doubte fort se j’y dois contredire,
Ou accorder, voire et en quel langage :
Car si je dy trop, veu le personnage,
Je vous feray grand tort, et à moy honte ;
Si je dis peu, et que je me mescompte,
Veu que n’ay rien, ce n’est pas saine chose,
Et diroit on, que tiendrois peu de compte
De Royaulté, parquoy rien dire n’ose.

Source : Recueil des œuvres, 1544.


Pour citer cet article : Bonaventure Des Périers, “Que me mettiez ainsi au choiz de dire”, 1544, texte édité par Mélissa Dailly, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 29 avril 2022, https://fdt.hypotheses.org/1343, article consulté le 29 juin 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search