Clément Marot, “Riche ne suis, certes je le confesse”, 1547

“Dizain.”

Texte

Riche ne suis, certes je le confesse :
Bien né pourtant, et nourry noblement.
Mais je suis leu du peuple et gentillesse
Par tout le monde. Et dit on : “c’est Clement”.
Maintz vivront peu, moy eternellement.
Et toy tu as prez, fontaines, et puyz,
Boys, champs, chasteaux, rentes, et gros appuyz,
C’est de nous deux la difference et l’estre.
Mais tu ne peux estre ce que je suis :
Ce que tu es, ung chascun le peut estre.

Source : Epigrammes de Clement Marot, faictz à l’imitation de Martial, édition posthume Poitiers, 1547 (composition entre 1538 et 1544).


Pour citer cet article : Clément Marot, “Riche ne suis, certes je le confesse”, 1547, texte édité par Karine Desabres, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 22 avril 2022, https://fdt.hypotheses.org/1359, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search