François Habert, “Si ce n’estoit ceste grande doulceur”, 1541

“À Isabeau demandoys.”

Texte

Si ce n’estoit ceste grande doulceur
Qui est en vous, avec bel entretien
Je vous diroys : “Vous n’estes plus ma seur !”
Car vous avez changé vostre maintien
Qui estoit beau, dire ne sçay combien,
Car il partoit d’ung vouloir cordial
Qui me sembloit estre le plus loyal
Que peut avoir ou dame ou damoyselle.
Reprenez donc ce cueur franc et royal
Et vous verrez que j’ay vers vous bon zele.

Source : La jeunesse de Banny du lyesse, 1541.


Pour citer cet article : François Habert, “Si ce n’estoit ceste grande doulceur”, 1541, texte édité par Mandy Huré, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 23 avril 2022, https://fdt.hypotheses.org/1378, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search