Hugues Salel, “Si la beaulté se vouloit faire veoir”, 1540

“De la plus belle.”

Texte

Si la beaulté se vouloit faire veoir
À l’oeil humain, soubz forme tresinsigne,
Elle viendroit de ton corps se pourvoir,
De ton maintien, de ta grace benigne.
Ô corps parfaict, ô clere ame divine,
Dont la vertu toutes autres efface !
Les traictz gentilz de ta celeste face
T’ont envers tous si tresdigne rendue,
Que l’on te nomme en te voyant en place,
La beaulté mesme icy bas descendue.

Source : Les Œuvres, 1540.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Océane CAUDRON (25 avril 2022). Hugues Salel, “Si la beaulté se vouloit faire veoir”, 1540. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opib


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search