Guillaume Des Autels, “Un jour Amour à ma Sainte visoit”, 1550

“De la constance de sa Sainte.”

Texte

Un jour Amour à ma Sainte visoit,
Pour son froid coeur navrer comme le mien.
Ma Sainte lors de travers l’avisoit,
En luy disant : “Archer, je te voy bien,
Tire hardiment ton Arc, je ne crains rien.”
De telz propos, Amour eut desplaisance
Et descocha un trait à grand’ puissance,
Mais frappé fut l’Archer avantureux
Du propre trait, repoulsé par constance,
Si qu’Amour fut de ma Sainte amoureux.

Source : Repos de plus grand travail, 1550.


Pour citer cet article : Guillaume Des Autels, “Un jour Amour à ma Sainte visoit”, 1550, texte édité par Louise Akhras, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 23 avril 2022, https://fdt.hypotheses.org/1405, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search