Hugues Salel, “Le bien offert, ô ma muse honorée”, 1540

“Responce à une dame qui estoit sa muse par alliance.”

Texte

Le bien offert, ô ma muse honorée,
Est trop petit pour respondre au merite ;
Avoir fauldroit une plume dorée,
Ung plus hault stille et veyne elaborée
Dont ta vertu fut chantée et descripte.
Tu es la muse et deesse d’eslite,
Pour mon confort en ce monde venue,
Tousjours seras ainsi par mes vers dicte,
Mais je me plains de fortune mauldicte
Qu’ung peu plus tost je ne t’aye cogneue.

Source : Les Œuvres, 1540.


Pour citer cet article : Hugues Salel, “Le bien offert, ô ma muse honorée”, 1540, texte édité par Nolween Clopeau, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 25 avril 2022, https://fdt.hypotheses.org/1469, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search