Guillaume Des Autels, “Toutes les fois qu’au travail de l’estude”, 1550

“De la puissance de son Amour.”

Texte

Toutes les fois qu’au travail de l’estude
Me reposant, tout endormi je veille,
Et que de loing sa voix doucement rude,
Ou le tintin des clefz qu’elle appareille,
Transmet un air sonnant à mon oreille,
Tant me ravit sa recordation,
Que mon esprit de l’estude s’esveille,
Pour s’endormir en contemplation.

Source : Repos de plus grand travail, 1550.


Pour citer cet article : Guillaume Des Autels, “Toutes les fois qu’au travail de l’estude”, 1550, texte édité par Alexane Gorgeart, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 28 avril 2022, https://fdt.hypotheses.org/1503, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search