Claude Colet, “Poete rural, poete Campestre”, 1537

“Aultre Huictain à deux terminaisons au poete Campestre. D.L.”

Poete rural, poete Campestre,
Poete qu’on debvroit mener paistre,
Ta sotte muse monstre bien
Que contre Marot tu n’es rien,
Car son filz, qui ne faict que naistre,
Quant à Rhimer seroit ton maistre,
Or devines doncques combien
Loing du pere tu pourroys estre.

Source : Remonstrance à sagon, à la huterie, et au Poete Campestre, par maistre da luce Locet, Pamanchoys, 1537.




Citer ce billet
Claire Sicard (2021, 13 février). Claude Colet, “Poete rural, poete Campestre”, 1537. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opg9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search