Anonyme, “Au feu, au feu, venéz moy secourir”, 1542

“Aultre huictain.”

Texte

Au feu, au feu, venéz moy secourir !
Tous vrays amans, voyéz la grand offense :
À tort amour me brusle sans mourir
Et si ne puis contre elle avoir deffense.
O dur ennuy qui me tient en souffrance !
Faictz moy jouyr du bien où je pretendz,
Ou rendz mon cueur en si bonne esperance
Qu’en esperant je ne perde mon temps.

Source : La Fleur de poesie françoyse, 1542.


Pour citer cet article : Anonyme, “Au feu, au feu, venéz moy secourir”, 1542, texte édité par Laura Berthault, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 26 avril 2022, https://fdt.hypotheses.org/2141, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search