Clément Marot, “Une Catin, sans fraper à la porte”, 1550

“D’une qui alla voir les beaux peres.”

Texte

Une Catin, sans fraper à la porte
Des Cordeliers, jusqu’en la court entra.
Long temps après on atend qu’elle sorte,
Mais au sortir on ne l’a rencontra.
Or au portier cecy on remonstra,
Lequel juroit jamais ne l’avoir vue.
Sans arguer le pro, ne le contra,
À vostre avis, qu’est elle devenuë ?

Source : Traductions de latin en françoys, éd. posthume, 1550 (composition avant 1544).




Citer ce billet
Félix Billy-Ferrait (2022, 26 avril). Clément Marot, “Une Catin, sans fraper à la porte”, 1550. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opii

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search