Etienne Forcadel, “Prevoyant le futur, veillons”, 1551

“D’estre prevoyant.”

Introduction

On connaît peu de choses sur Étienne Forcadel, poète et enseignant de droit à Toulouse, si ce n’est qu’il serait né vers 1519 et mort vers 1578. On sait qu’il écrivait aussi bien en français qu’en latin puisqu’il publie De Gallorum imperio et philosophia en 1579. Il a également composé Le Chant des seraines avec plusieurs compositions nouvelles de 1548, recueil signé de sa seule devise Espoir sans espoir, placée à la fin dune épître dédiatoire en prose. En 1551, il publie chez Jean de Tournes, fameux imprimeur-libraire lyonnais, un recueil divisé en dix parties intitulé Poësie. L’épigramme « D’estre prevoyant », extraite de la section Epigrammes de cet ouvrage, se présente comme un apologue mettant en scène une fourmi et des grillons. Elle s’inscrit ainsi dans la lignée des Fables d’Ésope et préfigure en un sens celles de La Fontaine, ce qui montre que le célèbre fabuliste de l’âge classique n’est pas le premier à redécouvrir et exploiter cette tradition, déjà très vivace au XVIe siècle. C’est ce que montre le corpus suivant.


Textes

« D’estre prevoyant. »

Prevoyant le futur, veillons :
Le Sage[1] ainsi nous l’admoneste[2].
La Formis se rid[3] des grillons,
Au pré, où croist[4] herbe et fleurette.
“Cric, cric”, font ilz, ce n’est que Feste
Jusques au froid gris et nuisant.
Mais la Formis mieux advisant[5]
Ne cesse d’aller et venir.
Bien vit celuy le temps present,
Qui pense bien à l’advenir.

 


Notes

[1] La référence au « sage » laisse entendre un idéal moral ce qui fait déjà de cette épigramme un apologue.

[2] Admonester : donner un avertissement accompagné souvent d’un jugement sévère, voire d’un blâme (définition du TLFi).

[3] Se rit, se moque.

[4] Croissent : en moyen français un accord de proximité est possible (ici, par exemple, seulement avec la première partie du sujet, “herbe”, et non avec le GN complet : “herbe et fleurette”.

[5] Mais la fournmi, se préparant mieux.


Source : Étienne Forcadel, Poësie, 1551.

« La Cigale et la Fourmy »

La Cigale, ayant chanté
Tout l’Esté,
Se trouva fort dépourveuë
Quand la Bize fut venuë.
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmy sa voisine ;
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous payray, lui dit-elle,
Avant l’Oust[6], foy d’animal,
Interest et principal. »
La Fourmy n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
“Que faisiez-vous au temps chaud ?”
Dit-elle à cette emprunteuse.
– Nuit et jour à tout venant
Je chantois, ne vous déplaise.
– Vous chantiez ? j’en suis fort aise :
Et bien, dansez maintenant.


Note

[6] Le mois d’août.


Source : La Fontaine, Fables, Livre I, Fable 1, 1668.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b2100150b/f482.item

“Grans formis”, illustration du Jardin de santé de Johanne de Cuba, Paris, 1501 [Source : Gallica].

« La Fourmi et l’Escarbot[7] »

Dans la saison d’été, une fourmi rôdant dans la campagne, ramassait des grains de blé et d’orge, et les mettait en réserve pour s’en nourrir en hiver. Un escarbot l’aperçut et s’étonna de la voir si laborieuse, elle qui travaillait au temps même où les autres animaux, débarrassés de leurs travaux, se donnent du bon temps. Sur le moment, la fourmi ne répondit rien ; mais plus tard, quand vint l’hiver et que la pluie détrempa les bouses, l’escarbot affamé vint demander à la fourmi l’aumône de quelque aliment. La fourmi lui dit alors :
« Ô escarbot, si tu avais travaillé au temps où je prenais de la peine et où tu m’injuriais, tu ne manquerais pas à présent de nourriture. »

Pareillement les hommes qui, dans les temps d’abondance, ne se préoccupent pas de l’avenir, tombent dans une misère extrême, lorsque les temps viennent à changer.


Note

[7] Insecte du genre des coléoptères (définition du TLFi) : celui-ci, qui paraît se nourrir de bouses, pourrait bienêtre un bousier.


Source : Ésope, Fables, trad. Émile Chambry, Paris, « Les Belles Lettres », 1927, p.106.


Questions

  1. Étudiez la structure de l’épigramme d’Étienne Forcadel : quels éléments vous paraissent encadrer le texte ?
  2. Élaborez un tableau comparatif à partir des trois textes du corpus : quelles sont les ressemblances et les différences ?

En lisant, en écrivant*. Écrit d’appropriation

[*D’après un titre de Julien Gracq]

Sujet d’invention
  • Choisissez une fable de La Fontaine et essayez de la réécrire sous la forme d’un dizain isométrique (c’est-à-dire dont les 10 vers font le même nombre de syllabes, idéalement 8 ou 10).
    Contrainte supplémentaire facultative. Respectez le schéma de rimes habituel du dizain à la Renaissance : ABABBCCDCD
Sujet de réflexion
  • Dans l’ épilogue des Fables, La Fontaine écrit : “Les longs ouvrages me font peur : loin d’épuiser une matière, on n’en doit prendre que la fleur”. En quoi l’épigramme de Forcadel illustre-t-elle cette citation ?



Citer ce billet
William André (2021, 16 février). Etienne Forcadel, “Prevoyant le futur, veillons”, 1551. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opgb

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search