Clément Marot, “Bren, laissez-moy, ce disoit une”, 1538

“D’ung Importun.”


Introduction

Clément Marot, que l’on appelle le « Prince des poètes français » de la première moitié du XVIe siècle, est le protégé du mécène français le plus fameux de son époque : François Ier. Cependant, malgré sa célébrité,  son existence n’est pas un long fleuve tranquille. Pour des raisons religieuses il connaît par exemple, au milieu des années 1530, une première période d’exil.

Mais, quoique éloigné de la France et en mauvaise posture, il cultive toujours son goût de la provocation, de la dérision et de la satire. Il manifeste également, de manière originale et novatrice, une virtuosité technique qu’il sait mettre au service d’une poésie en apparence simple et légère. Entre 1534 et 1537, il est au cœur d’une querelle qui l’oppose à François Sagon. Les deux poètes, ainsi que leurs soutiens respectifs, s’écrivent alors des poèmes incendiaires, dans un combat de savoir-faire poétique et d’insolence agressive mêlés.

Le poème « D’un importun » est écrit à peu près à la même époque, sans doute vers 1535 dans cette même veine provocante, satirique, entre sarcasme et maîtrise de l’art poétique. Mais ce sont cette fois deux personnages fictifs qui sont mis en scène en un dialogue énergique. On retrouve dans cette épigramme certaines des caractéristiques qui ont valu à Marot son titre de « Prince des poètes » : faire de la poésie à partir de ce qui paraît bas, modeste, voire vulgaire au sens premier du terme, c’est-à-dire populaire (vulgus : le peuple), dans la tradition d’épigrammatistes de l’Antiquité tels que Martial ou d’auteurs satiristes de la Renaissance italienne tels que Le Pogge, dont il imite ici une des Faceties.


Texte

– “Bren[1] ! laissez-moy”, ce disoit une[2]
A ung Sot qui luy desplaisoit.
Le Lourdault tousjours l’importune,
Puis j’ouy[3] qu’elle luy disoit :
– “La plus grosse Beste qui soit,
Monsieur, comme est ce qu’on l’appelle ?”
– “Ung Elephant, Madamoyselle,
Me semble qu’on la nomme ainsi.”
– “Pour Dieu[4], Elephant ! (ce dit elle)
Va t’en doncq, et me laisse icy[5]“.

SourceLes Œuvres, 1538.


Brueghel le Jeune, “Deux couples de paysans” (détail), c. 1600-10, collection privée [Source : WGA].

Notes

[1] “Merde !”

[2] Une femme, celle qui est en train de s’exprimer mais dont on ne connaît pas l’identité exacte.

[3] “J’entendis”.

[4] Juron du même type que “Bon Dieu”, “Parbleu”, “Bon sang”.

[5] “…et laisse-moi ici”. En moyen français, le pronom complément d’objet peut être placé avant le verbe, sous sa forme dite atone (“me” et non “moi”). La tournure actuelle est toutefois déjà employée, comme en témoigne “laissez-moy” au v. 1


Questions

  1. Comment appelle-t-on un poème de dix vers ?
  2. Quel type de vers est utilisé ? Quel effet ce choix métrique produit-il ?
  3. Copiez-collez le texte et surlignez de trois couleurs différentes
    • les paroles de l’homme prononcées au discours direct,
    • celles de la femme
    • celles du narrateur
  4. Selon vous, pourquoi la demoiselle pose-t-elle la question des v. 5-6 ?
  5. Quels sont les sens possibles de l’expression “grosse beste” ?
  6. Le mot “Elephant” est répété deux fois dans le texte mais avec des significations différentes : lesquelles ?
  7. Que pensez-vous de l’attitude et du caractère de la demoiselle ?
  8. Quelle image du personnage masculin nous donne ce poème ? Quels sont les procédés d’écriture qui permettent de dessiner cette image ?
  9. Comparez le premier et les deux derniers vers du poème : quelle impression produisent les similarités qu’on y relève ?

Pour citer cet article : Clément Marot, “Bren, laissez-moy, ce disoit une”, 1538, texte édité par Margaux Monnereau, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 18 février 2021, https://fdt.hypotheses.org/271, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search