Claude Colet, “Le souvenir que j’ay d’estre absentée”, 1548

“Pour une Dame regretant l’absence d’un sien serviteur.”

Le souvenir que j’ay d’estre absentée
De celuy seul qui est de moy vaincqueur
Trouble si fort mon ame et ma pensée
Qu’il rend mon corps sans force ne vigoeur.
O souvenir ! trop me tiens de rigoeur,
Car tu me faiz croistre l’affection
Dont mon coeur a tant plus d’affliction
Qui ne sera que par mort assouvie.
Las ! je puis bien dire sans fiction
Que la memoire est ma seule ennemye.

Source : L’Oraison de Mars, 1548.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Ena Junca (16 février 2021). Claude Colet, “Le souvenir que j’ay d’estre absentée”, 1548. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opgg


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search