François Habert, “Lors qu’il te plaist du lievre m’envoyer”, 1549

“A Gellia, amye de Martial traduction dudict Autheur.”

Texte

Lors qu’il te plaist du lievre m’envoyer, 
O Gellia, coustume as de m’escrire :
“Mon amy Marc, c’est pour te festoyer :
Sept jours, plus beau en seras, pour vray dire”.
Si tu dis vray (ma mignonne et sans rire), 
Tu n’es pas belle. Et de toy desormais :
Sur ce, sera veritable mon dire :
Qu’on ne te vid manger lievre jamais. 

Source : Le Temple de Chasteté, 1549.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Anne Arrondeau (9 mars 2023). François Habert, “Lors qu’il te plaist du lievre m’envoyer”, 1549. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opjp


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search