Guillaume Des Autels, “Je pense, Amour, que ma Sainte est ta sœur”, 1550

“Conference d’Amour et de sa Sainte.”

Texte

Je pense, Amour, que ma Sainte est ta sœur.
Tu es petit, et basse est sa stature ;
Tu es, Amour, plein d’une aigre douceur, 
Elle ha en soy une clemence dure ;
Tu as des traictz qui font grieve blessure, 
Son œil luy sert de flesche forte et roide ;
Mais en un poinct differez de nature :
Tu es trop chauld, et ma Sainte est trop froide. 

Source : Repos de plus grand travail, 1550.




Citer ce billet
Claire Sicard (2024, 4 avril). Guillaume Des Autels, “Je pense, Amour, que ma Sainte est ta sœur”, 1550. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5wx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search