François Habert, “Si mort estoit des letres l’excercice”, 1549

“A M. Philebert Robert, secretaire de monsieur le Marquis du Maine.”

Texte

Si mort estoit des letres l’excercice
Qui les servants de Pallas faict florir, 
Morte vertu, on priseroit le vice  
Qui faict le corps avec l’ame mourir.
Pallas craignant un tel mal d’encourir  
Et pour plus fort accroistre sa puissance,
De jour en jour faict nouvelle accointance 
De gents qui sont sages et bien apris,
Entre lesquelz (Robert) ta congnoissance 
Par hault sçavoir los immortel a pris.

Source : Le Temple de Chasteté, 1549.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Ounissa Belkhanem (6 mars 2023). François Habert, “Si mort estoit des letres l’excercice”, 1549. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opja


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search