François Habert, “Puis que tu as ce bon heur rencontré”, 1549

“À Maurice Hullin.”

Texte

Puis que tu as ce bon heur rencontré
D’avoir trouvé pour ton seigneur et maistre
Ce Quantilly de vertu penetré,
Je n’ay vouloir en oubly de te mettre ;
Puis ton esprit me faict bien recongnoistre
Que le seigneur est heureux du servant,
Or j’ay desir d’aller d’oresnavant
À Quantilly, prendre resjouyssance ;
Si te supply, receveur bien sçavant,
Me recevoir par ceste congnoissance.

Source : Le Temple de Chasteté, 1549.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Océane Bohy (14 mars 2023). François Habert, “Puis que tu as ce bon heur rencontré”, 1549. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opjs


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search