Clément Marot, “Si tu es paovre, Anthoine, tu es bien”, 1547

“À Anthoine.”

Texte

Si tu es paovre, Anthoine, tu es bien 
En grant dangier d’estre paovre sans cesse : 
Car aujourd’huy on ne donne plus rien, 
Sinon à ceulx qui ont force richesse. 

Source : Epigrammes faictz à l’imitation de Martial, éd. posthume Poitiers, 1547.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hugo Chaveneau (9 mars 2023). Clément Marot, “Si tu es paovre, Anthoine, tu es bien”, 1547. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opjn


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search