Charles de Sainte-Marthe, “Nature desirant faire un couple d’Amys”, 1540

“A P. Tolet, Medicin du grand Hospital de Lyon. Sur l’amitié de luy et de Dolet. Vers Alexandrins.”


Introduction

Charles de Sainte-Marthe (1512-1555 ?) est un humaniste, un professeur de théologie, mais aussi un poète de la Génération Marot. Dans le recueil La Poesie Françoise dont est tirée cette épigramme, il publie différents genres de poèmes représentatifs de la poésie des années 1540 : des épigrammes ou des élégies – genres alors récemment introduits dans la poésie française – comme des rondeaux, ballades ou des épîtres que pratiquaient déjà les poètes de la fin du Moyen Age. Parmi les épigrammes, plusieurs sont destinées à des membres de la famille ou à des amis du poète.
C’est le cas de celle-ci, qui est adressée à son ami Pierre Tolet (c. 1502-1586), médecin de Lyon très présent dans la vie culturelle de la ville, et qui évoque son amitié avec son quasi homonyme Étienne Dolet (1509-1546). Ce dernier est un grand humaniste, également établi dans la capitale des Gaules, qui est à la fois écrivain, poète, traducteur et l’un des grands imprimeurs-libraires de la place de Lyon qui compte beaucoup de grands noms de l’imprimerie française du temps.


Texte

Nature desirant faire un couple d’Amys
De perfecte Amytié, oeuvre en perfection,
En un mesme lieu ensemble vous a mis,
Faisant de vos deux Cueurs, en un, conjunction[1].
Mesme temps, mesme lieu, mesme habitation,
Mesme meurs[2], mesme Esprit et mesme Age l’empare,
Un cas tant seulement l’un de l’aultre separe :
L’un grand en Medecine, et l’autre en Eloquence.
Pour declairer en vous profession dispare[3],
Une lettre, à vos Noms, a mis la difference.

Source : La Poesie Françoise, 1540.


Notes

[1] Faisant conjonction, c’est-à-dire joignant vos deux cœurs en un seul.

[2] Mêmes mœurs, c’est-à-dire mêmes façons de vivre.

[3] Pour mettre en évidence le fait que vous avez des professions différentes.


Questions

Préparation
  1. Quels sont les points communs aux deux amis ? Relevez les termes qui signifient l’union et la ressemblance.
  2. Qu’est-ce qui les distingue ? Relevez les termes qui expriment ces différences.
Analyse
  1. Le titre insiste sur le fait que le vers employé dans cette épigramme est l’alexandrin. En utilisant le menu déroulant “Mètre” de notre anthologie Fleur des Tanneurs, comptez le nombre de poèmes écrit en octosyllabes, en décasyllabes et en alexandrins : que constatez-vous et, à la lumière de ce constat, comment expliquez-vous cette précision fournie par le titre ?
  2. En quoi les deux derniers vers donnent-ils à l’épigramme une chute amusante ?
  3. L’explication qui est donnée de la quasi-homonymie des deux amis vous paraît-elle étonnante ou au contraire attendue ? Justifiez votre réponse.
  4. Montrez que l’écriture poétique permet d’accentuer la similarité des deux amis. Vous pouvez notamment vous intéresser au rythme, aux figures de style, aux jeux de sonorités dans votre démonstration.
  5. Par quels procédés cette épigramme fait-elle l’éloge de cette amitié ? Concentrez-vous sur les figures qui mettent en avant la perfection de l’amitié décrite.

Pour citer cet article : Charles de Sainte-Marthe, “Nature desirant faire un couple d’Amys”, 1540, texte édité par Marine Proot, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 16 février 2021, https://fdt.hypotheses.org/325, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search