François Habert, “Ce doulx plaisir de celle qui me baise”, 1542

“Du baiser de s’amye.”

Texte

Ce doulx plaisir de celle qui me baise,
A tant ravy mes amoureux espritz, 
Que je ne scay ou si mon feu s’appaise, 
Ou si je suis d’ung nouveau dard espris,
Mais tout soubdain qu’ung peu d’aleine ay pris,  
Je cognois bien que mon feu recommence.  
O franc baiser plein de benevolence,  
Ta grand doulceur augmente mon tourment !
O belle en qui mise est mon esperance,  
Fais moy ung don de plus doulx traictement !

Source : Le Livre des visions fantastiques, 1542.

[Voir la réponse à ce texte ici]




Citer ce billet
Marina Da-Silva (2023, 14 mars). François Habert, “Ce doulx plaisir de celle qui me baise”, 1542. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opju

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search