Clément Marot, “Ce franc Baiser, ce Baiser amyable”, 1538

“Du Baiser.”

Texte

Ce franc Baiser, ce Baiser amyable,
Tant bien donné, tant bien receu aussi, 
Qu’il estoit doulx ! O beaulté admirable,
Baisez moy donc cent fois le jour ainsy, 
Me recevant dessoubz vostre mercy 
Pour tout jamais ! ou vous pourrez bien dire
Qu’en me donnant ung Baiser adoulcy, 
M’aurez donné perpetuel martyre. 

Source : Les Œuvres, 1538.




Citer ce billet
Elisa Damier (2023, 5 avril). Clément Marot, “Ce franc Baiser, ce Baiser amyable”, 1538. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oplu

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search