Pierre Coustau, “De deviner, Cassandra eut le pris”, 1555

“Sur l’infortune de Cassandra. Les Advocats.”

Texte

De deviner, Cassandra eut le pris
Mais pour le trop de sa loquacité,
Par les haults dieux fut tant mise à mespris
Que le grant don qu’elle avoit merité
Luy fut restrainct. Car à la verité
Les cas obscurs du futur predisoit,
Mais un chascun son sçavoir mesprisoit.
Telz sont plusieurs d’admirable science
Et bien garnis de sçavoir quel qui soit,
Mais ilz n’ont poinct de bruict en l’audience.

Source : Le Pegme, 1555.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marion Deshaies-Marionneau (25 mars 2023). Pierre Coustau, “De deviner, Cassandra eut le pris”, 1555. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opln


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search