Charles Fontaine, “J’ay bien deux ou trois cens amis”, 1555

“À Monsieur Angelus.”

Texte

J’ay bien deux ou trois cens amis,  
Mais voire bien deux ou trois mille :
Si donc chacun d’eux avoit mis,
Pour une petite estreine gentille,  
Un bel escu d’or, croix et pille,  
En ma bourse, voire et non plus,  
Lors par leur amitié utile,  
J’aurois deux ou trois mille escus.  

Source : Les Ruisseaux, 1555.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Sicard (4 avril 2024). Charles Fontaine, “J’ay bien deux ou trois cens amis”, 1555. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5x0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search