Michel D’Amboise, “Amours avoit d’une flesche amoureuse”, 1542

« Dixain sur la beaulté d’une dame. »

Introduction

Alors que Michel d’Amboise a longtemps été un poète de l’ombre, ses œuvres sont de nouveau découvertes aujourd’hui. L’épigramme que nous lisons ici est présentée comme un dizain dans le recueil du Secret d’Amours où elle se trouve, mais c’est en réalité un douzain.


Texte

Amours avoit, d’une flesche amoureuse,
Rendu Venus sa mere langoureuse,
De quoy fasché, Vulcanus le veult batre.
Amours s’en fuyt, voit ma maistresse heureuse
Pour sa beaulté et grace merveilleuse
Dont elle peult milles[1] femmes combatre,
Vers elle vient et, sans en rien debatre,
En son visaige il se cache, attendant
Que saine soit sa mere. Ce pendant,
Il tire dardz[2] sans cesser, dont il blesse
Tous ceulx qui vont la face regardant
Et le maintien de ma gente [3] maistresse.

Source: Le Secret d’amours, 1542.

Notes

[1] Graphie possible au  XVIe siècle.
[2] Flèches.
[3] Noble, élégante (DMF).


Questions sur l’épigramme

  1. Dégagez le plan du texte.
  2. De quelle manière s’y prend le poète pour faire l’éloge de sa maîtresse ?
  3. En quoi cet éloge peut-il paraître ambigu ?
  4. Qu’apprécie l’amoureux chez cette dame ? Quelle information cela nous donne-t-il sur les raisons pour lesquelles il l’aime ? 
Bon à savoir

Le registre de l’éloge est appelé registre encomiastique.

Questions sur le corpus

Douzain & et sonnet
  1. Comparez l’image d’Amour qui nous est donnée dans les deux poèmes.
  2. Qu’apporte selon vous le recours à la mythologie dans ces textes ?
  3. Sur le plan de la forme et des genres littéraires, indiquez ce qui rapproche et ce qui distingue un douzain d’un sonnet.

Notes

[4] Au sens étymologique : ce qui torture.
[5] Brûlant d’amour.
[6] Le sens de ce verbe est plus fort au XVIe et même encore au XVIIe siècle : être frappé de stupeur, subir un choc violent. 
[7] Celui qui méprise les Dieux et les hommes. Cette périphrase désigne le dieu Amour.

Lecture complémentaire

Louise Labé, « Sonnet IV. »

Depuis qu’Amour cruel empoisonna
Premièrement de son feu ma poitrine,
Tousjours brulay de sa fureur divine,
Qui un seul jour mon cœur n’abandonna.

Quelque travail[4], dont assez me donna,
Quelque menasse et procheine ruïne :
Quelque penser de mort qui tout termine,
De rien mon cœur ardent[4] ne s’estonna[5].

Tans plus qu’Amour nous vient fort assaillir,
Plus il nous fait nos forces recueillir,
Et tousjours frais en ses combats fait estre ;

Mais ce n’est pas qu’en rien nous favorise,
Cil qui les Dieus et les hommes mesprise[6] :
Mais pour plus fort contre les fors paroitre.

Source: Louise Labé, Euvres, 1555.

Influence mythologique

Mars et Vénus

Ovide, Les Métamorphoses, Livre IV, an 8

Le soleil qui éclaire et règle l’univers,
L’amour le prit aussi. Racontons ces amours.
On dit qu’il constata le premier l’adultère
(Il voit tout le premier) de Vénus avec Mars.
Indigné, il révèle à Vulcain son mari
Qu’on a violé sa couche et le lieu du larcin.
Lui en perd à la fois la tête et son ouvrage,
Puis fignole aussitôt des chaînettes de bronze
Dont il forme un filet imperceptible à l’œil,
Plus fin que le plus fin des fils d’une fileuse
Ou qu’une toile d’araignée pendue aux poutres,
Fait qu’un léger contact le meuve en un instant,
Et fort adroitement en entoure la couche.
À peine au lit, le cocufieur et l’adultère,
Pris tous deux à ce piège inventé par Vulcain,
Sont immobilisées au fort de leurs ébats.
Le Lemnien aussitôt par les portes d’ivoire
Fait pénétrer les dieux. Eux gisent, ligotés,
Honteux. Des Dieux en joie, l’un s’offrit à subir
La même honte au même prix. Tous s’esclaffèrent,
Et la fable longtemps fit rire dans les cieux.

Traduction : Olivier Sers (Les Belles Lettres, 2019).

Lucas de Leyde, “Mars et Vénus”, c. 1530, Bartsch 137, Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris [Source : Paris Musées].

Histoire littéraire

À la Renaissance, on redécouvre les œuvres de l’Antiquité. Cela explique l’importance de la mythologie dans la poésie du XVIe siècle. Le douzain étudié évoque les amours de Mars et de Vénus dans ses trois premiers vers. Michel d’Amboise emprunte cette référence aux Métamorphoses d’Ovide dont il est un grand connaisseur. Il en traduit par exemple le dizième livre, emboîtant ainsi le pas à son modèle contemporain Clément Marot, qui en a pour sa part traduit les deux premiers livres. 

 

Nicolas Poussin, “Mars et Vénus”, c. 1627-30, Museum of Fine Arts, Boston [Source : Flickr]


En lisant, en écrivant*. Écrit d’appropriation

[*D’après un titre de Julien Gracq]

Sujet d’invention

La femme aimée par le poète a lu le douzain dans lequel il parle d’elle. Elle va à sa rencontre. Imaginez leur dialogue.

Sujet de réflexion

Amour a souvent été représenté armé d’un arc et de flèches et les poèmes de la Renaissance, comme le sonnet de Louise Labé, utilisent souvent l’image de l’empoisonnement pour parler du sentiment amoureux. Selon vous, pourquoi l’amour est-il représenté ainsi, cela vous paraît-il justifié ?


Pour citer cet article : Michel D’Amboise, “Amours avoit d’une flesche amoureuse”, 1542, texte édité par Océane Lacquement, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 17 février 2021, https://fdt.hypotheses.org/412, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search