François Habert, “Quand j’apperçoy que tu veuls parvenir”, 1549

“À Jaques Le Jouvre.”

Texte

Quand j’apperçoy que tu veulx parvenir
Par ton labeur à nostre art Poetique, 
De l’oncle tien tu me fais souvenir,
Qui fut receu à ce los autentique : 
Pourtant, amy, poursuy cette pratique, 
Car j’ay espoir, veu ton commencement, 
Que tes escripts, en renom Heroique,
Seront receus perpetuellement. 

Source : Le Temple de Chasteté, 1549.




Citer ce billet
Yassmine Hirt (2023, 20 mars). François Habert, “Quand j’apperçoy que tu veuls parvenir”, 1549. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opk9

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search