François Habert, “Voyant aupres de Sainct Gelais”, 1549

“À Monsieur de Sainct Gelais.”

Texte

Voyant aupres de Sainct Gelais
Maint lourd Poete babillard,
Me semble voir des Singes laids
Ou des joueurs de bas billard,
Et ne trouve en leur babil art
Non plus qu’en cuysinier qui rime.
Sainct Gelais quant il babille ard
Les cueurs de sa coulante rime.

Source : Le Temple de chasteté, 1549.




Citer ce billet
Dalal Jilal (2023, 20 mars). François Habert, “Voyant aupres de Sainct Gelais”, 1549. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opkd

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search