Hugues Salel, “Donne qui peult, je ne puis rien donner”, 1540

“À une dame qui luy demanda ces estrainnes.”

Texte

Donne qui peult, je ne puis rien donner.
Madame a tout : esprit, corps, veine et plume, 
Fors un desir, lequel habandonner 
Je ne vouldrois, encor qu’il me consume.
J’estime trop plus doulce l’amertume 
De son amour, bruslant ardantement,
Que ne ferois la joyeuse coustume,  
Ayant, d’une autre, entier contentement. 

Source : Les Œuvres, 1540.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Audrey Le Picault (20 mars 2023). Hugues Salel, “Donne qui peult, je ne puis rien donner”, 1540. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/opki


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search