Hugues Salel, “Si tes beaux yeulx, pour rompre l’entreprise”, 1540

“À une dame qui faisoit semblant d’estre couroussée.”

Texte

Si tes beaux yeulx, pour rompre l’entreprise 
De mon las cueur, te monstrent couroussée,
C’est pour neant : la flamme est trop esprise  
Au plus profond de ma triste pensée.
Tant plus sera ta volunté glacée,
Moins sera froid mon cueur de son desir.
O dur effect de l’amoureux plaisir, 
Qui tousjours ard sans trouver refrigere, 
Ne se voulant par reffus dessaisir
Du bien parfaict qu’en te servant espere !

Source : Les Œuvres, 1540.




Citer ce billet
Constant Lechevalier (2023, 20 mars). Hugues Salel, “Si tes beaux yeulx, pour rompre l’entreprise”, 1540. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opkl

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search