Pontus de Tyard, “Ce m’est un mal que je n’eusse pensé”, 1549

“Epigramme.”

Texte

Ce m’est un mal que je n’eusse pensé
De ne pouvoir où je pretens atteindre ;
Ce m’est grand mal, quand tu m’as offensé, 
De ne m’oser, et moins me savoir plaindre ;
Ce m’est grand mal qu’Amour me veult contraindre 
À te servir, voire toute ma vie, 
Et que tu m’as ma liberté ravie. 
Mais le mal, las, qui croist ma passion, 
C’est que plus j’ay de te servir envie, 
Moins envers moy croist ton affection. 

Source : Erreurs amoureuses, 1549.




Citer ce billet
Anthony Moreau (2023, 20 mars). Pontus de Tyard, “Ce m’est un mal que je n’eusse pensé”, 1549. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opkt

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search