Hugues Salel, “Ton doulx regard, soubz cest habit de dueil”, 1540

“À une portant le dueil.”

Texte

Ton doulx regard, soubz cest habit de dueil,
A je ne sçay quelle vertu latente,
Car pour t’avoir gecté ung seul traict d’œil, 
Je m’esjouys, et soubdain je me dueil ;
Seur de l’amour, et doubteux en l’attente, 
Je me complais, et puis je me contente, 
Tost me console, et tost me desespere, 
Et larmoyant souvent, je riz et chante, 
Dont dire fault qu’en ta face plaisante 
Gist mon malheur et fortune prospere. 

Source : Les Œuvres, 1540.




Citer ce billet
Anthony Moreau (2023, 20 mars). Hugues Salel, “Ton doulx regard, soubz cest habit de dueil”, 1540. Fleur des Tanneurs. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opku

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search