Clément Marot, “Benest, quand ne te congnoissoye”, 1547

“À Benest.”

Texte

Benest, quand ne te congnoissoye,
Ung grand Monsieur je te pensoye ;
Mais quand j’ay veu ce qui en est,
Je trouve que tu es Benest. 

Source : Epigrammes faictz à l’imitation de Martial, éd. posthume Poitiers, 1547.




Citer ce billet
Amin NAFILI (2023, 20 mars). Clément Marot, “Benest, quand ne te congnoissoye”, 1547. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opkw

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search