Jean Paradin, “À son voisin, quelqu’un se complaignoit”, 1546

“Contre les femmes mal complexionnées.”

Texte

À son voisin, quelqu’un se complaignoit
Et tel propos en plourant luy tenoit :  
« Las (mon voisin) j’ay desja eu trois femmes,  
Qui toutes trois m’ont faict de grans diffames,
Dont la premiere estoit fort rioteuse,  
L’autre lubrique, et la tierce orgueilleuse. 
L’une après l’autre elles se sont rendues 
En mon jardin,et là se sont pendues 
En s’estranglans aux branches d’un bel arbre,  
Dont de douleur je suis plus froid que marbre. » 
L’autre respond : « Pour m’oster hors d’esmoy, 
Je te requiers : des greffes donne moy 
De ce bel arbre, à fin qu’arbres j’en ente 
Pour celle là, qui si fort me tourmente. 
Et quant à toy, rappaises ta douleur :
Mauvaise femme est le pire malheur. »  

Source : Micropaedie, 1546.




Citer ce billet
Ondine Perrocheau (2023, 20 mars). Jean Paradin, “À son voisin, quelqu’un se complaignoit”, 1546. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opkz

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search