Pierre Coustau, “Rododaphné, herbe plaisante et belle”, 1555

“Sur l’herbe Rododaphné. La sainte escriture estre un couteau trenchant des deux costez.”

Texte

Rododaphné, herbe plaisante et belle,
Apporte à l’homme insigne guerison
Contre venin ; mais c’est chose mortelle
Aux animaux denuez de raison.
Les livres saincts, à ceux sont de saison
Qui autre appuy ne mettent qu’en vertu ;
Mais à tous ceux est presenté poison
Qui ont d’orgueil leur esprit revestu.

Source : Le Pegme, 1555.




Citer ce billet
Alma Piganiol (2023, 20 mars). Pierre Coustau, “Rododaphné, herbe plaisante et belle”, 1555. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opl1

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search