Pierre Coustau, “À Hercules errant par la contrée”, 1555

“À la statue d’Hercules estant au desert, selon Xenophon. Le train de vertu en jeunesse.”

Texte

À Hercules errant par la contrée,
Ces deux sentiers luy ont fait ouverture :
L’un de plaisir, spatieux à l’entrée,
Et sur la fin cachant la mort obscure.
Mais de vertu la voye incomparable
De prime face estoit rude et terrible
Et se monstroit à tous si peu aymable
Qu’on l’estimoit quasi inaccessible.
Mais sur la fin finissoit en planiere
Donnant à tous d’esperer bon presage
Et promettant la recompense entiere
Des maux souffers sur le premier passage.
C’est d’un enfant l’exemplaire et image,
Lequel vertu doit tenir en saisine.

Soignez vous donc au premier de son aage
Qu’à volupté ne se donne et resigne.

Source : Le Pegme, 1555.


Pour citer cet article : Pierre Coustau, “À Hercules errant par la contrée”, 1555, texte édité par Alma Piganiol, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 20 mars 2023, https://fdt.hypotheses.org/4556, article consulté le 29 septembre 2023.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search