Gilles D’Aurigny, “Ayant cest heur de voir à mon plaisir”, 1553

“Contentement vault mieux que la veuë.”

Texte

Ayant cest heur de voir à mon plaisir                 
Les tetins nudz et le corps de la belle,
Je souhaitay à mes yeux le loysir
D’estre esperduz et aveuglez en elle.
Mais aussi tost que la gente pucelle
M’eut aperceu, honte la surmonta,
Et promptement ce grand plaisir m’osta
En se couvrant, ne voulant estre veuë ;
Mais en la nuict tant bien me contenta,
Que sans la voir l’embrassay toute nuë.

Source : Le Tuteur d’amour, 1553.




Citer ce billet
Noémie poitou (2023, 20 mars). Gilles D’Aurigny, “Ayant cest heur de voir à mon plaisir”, 1553. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opl5

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search