Gilles D’Aurigny, “Ostez l’espoir que pretendez en moy”, 1553

“À une vieille.”

Texte

Ostez l’espoir que pretendez en moy
Car vostre chair mon jeune corps offusque.
Il est bien temps que soyez à recoy  
Sans plus user de vostre corps caduque.
Perdu avez votre blonde perruque, 
Qui autrefois a esté tant prisée. 
Or maintenant votre teste est frisée,
Voilà pourquoy plus n’estes à ma poste,
Et qui plus est, vous estes plus brisée 
Que les houseaux ou bottines d’un poste.

Source : Le Tuteur d’amour, 1553.




Citer ce billet
Roihama Idrisse (2023, 20 mars). Gilles D’Aurigny, “Ostez l’espoir que pretendez en moy”, 1553. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ople

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search