Jean Paradin, “Venez à moy, venez, approchez vous”, 1546

“Trop aymer, feu amer.”

Texte

Venez à moy, venez, approchez vous,
Qui demandez de l’ardant feu avoir !
Venez y ceux qui, par sus autres tous,
De le chercher faictes si grand devoir,
Et qui avez la puissance et pouvoir
Dedens voz cœurs tout allumé l’espandre !
Mon cœur est feu, mes entrailles (pour voir)
Grands flammes sont, vous en pouvez bien prendre.

Source : Micropaedie, 1546.



OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Equipe éditoriale de la Fleur des Tanneurs (20 mars 2023). Jean Paradin, “Venez à moy, venez, approchez vous”, 1546. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/oplh


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search