Jacques Peletier du Mans, “Tous les malheurs que j’ay pour l’amour d’elle”, 1547

“Autre Huittain.”

Texte

Tous les malheurs que j’ay pour l’amour d’elle,
De la laisser ne me sauroient contreindre
Car mon desir, en la voyant si belle, 
Reprend vigueur quand il se veut esteindre.
Du dieu d’Amours seulement me veux plaindre, 
Qui souffre et veut qu’un Amant convoiteux 
Tousjours pretende où il ne peut atteindre :
Voyla pourquoy mon cueur est despiteux. 

Source : Les Œuvres poetiques, 1547.




Citer ce billet
Athéna Salhi (2023, 31 mars). Jacques Peletier du Mans, “Tous les malheurs que j’ay pour l’amour d’elle”, 1547. Fleur des Tanneurs. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oplq

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search