Clément Marot, “Tousjours vouldriez que je l’eusse tout droit”, 1547

“À une Layde.”

Texte

Tousjours vouldriez que je l’eusse tout droit,
Ma layderon, et vous semble, je gage,
Que j’en puis faire ainsi comme du doigt.
Vous avez beau le flatter de langage,
Voyre des mains, ce diable de visage
Desgouste tout, et à vous mesme nuyt.
Parquoy devriez (si vous estiez bien sage)
Ne me cercher seulement que de nuyt.

Source : Epigrammes faictz à l’imitation de Martial, éd. posthume Poitiers, 1547.




Citer ce billet
Nina-Rose Savard (2023, 3 avril). Clément Marot, “Tousjours vouldriez que je l’eusse tout droit”, 1547. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/opls

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search