François Habert, “Le Basilic, plus que serpent tortue”, 1542

“A une dame nommée Perrette Basilic, d’excellente beaulté.”

Introduction

François Habert est un poète et traducteur français né vers 1510 et mort vers 1561. Après avoir abandonné le droit, il se consacre à la poésie, fréquente la cour de François Ier puis, après 1547, celle de son fils Henri II, sous le règne duquel il deviendra « Poète du roi ». Il travaille énormément et publie un nombre considérable d’ouvrages divers, parmi lesquels, en 1542, un recueil dont le titre long est Le Livre des visions fantastiques du Banny de lyesse, natif d’Yssouldun en Berry, ou sont contenues les amours infortunées de deux amans & la conclusion de l’aucteur sur la mort d’iceulx, au sens moral, le tout en prose poetique, cueillie au jardinet de rhetorique & poésie mais qui est plus communément appelé Le livre des visions fantastiques. On y trouve notamment un dialogue par épigrammes interposées entre François Habert et une femme dénommée Perrette Basilic.


Représentation d’un basilic dans une enluminure du manuscrit BNF fr 59 [Source : Gallica – cliquez sur l’image pour ouvrir le document original].

Texte

Le Basilic[1], plus que serpent tortue,
Est dangereux car il a la puissance
Que seulement de son regard il tue.
Or vous avez son nom dès vostre enfance,
Mais en voz yeulx ne gist[2] si grande offence.
Le Basilic occist[3] vostre oeil incite
Le regardant[4] qu’à vous aymer persiste.
Mais il y a ung danger evident,
(Si vostre cueur à ceste amour resiste)
Que ne faciez mourir le regardant.

Source : Le Livre des visions fantastiques, 1542

[Pour voir la réponse à ce dizain, cliquez ici]


Notes

[1] Monstre dont l’origine remonte à la mythologie grecque, il tue les personnes qui le regardent [Voir la notice Wikipédia].

[2] Se trouve.

[3] Il tue.

[4] Celui qui vous regarde (idem au v. 10).


Bon à savoir

Au XVIe siècle, les poètes jouaient souvent avec l’onomastique, c’est-à-dire avec le sens et le son des noms propres. Le nom de quelqu’un pouvait parfois être considéré comme une indication sur son caractère, être vu comme le présage de la vie qui l’attendait ou fournir simplement la matière de plaisanteries. Comme l’écriture poétique joue par principe sur les sonorités, les vers étaient le lieu privilégié de ces jeux sur les noms. En cliquant ici, vous pourrez découvrir quelques autres épigrammes de notre anthologie qui utilisent ce procédé.


Questions

  1. Relevez les conjonctions de coordinations dans le texte : quelles étapes successives de la démonstration servent-elles à souligner ?
  2. Quel effet la comparaison entre Perrette Basilic et le monstre mythologique du même nom produit-elle ?
  3. Dans les v. 6-7, le lecteur a l’impression que le pouvoir de Perrette est plus grand que celui du basilic. Pourtant il tue alors qu’elle non. Quels sont les procédés d’écriture qui produisent cette impression paradoxale chez le lecteur ?

En lisant, en écrivant*. Écrit d’appropriation

[*D’après un titre de Julien Gracq]

Sujet d’invention

Avant de découvrir ici la réponse de Perrette, imaginez que vous êtes à sa place et que vous recevez ce dizain : qu’y répondez-vous ? Votre texte pourra, si vous le souhaitez, prendre la forme d’une épigramme.


Pour citer cet article : François Habert, “Le Basilic, plus que serpent tortue”, 1542, texte édité par Violette Salerno, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 21 février 2021, https://fdt.hypotheses.org/537, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search