Perrette Basilic, “Si je sçavoys que mon oeil meist à mort”, 1542

“Response de ladicte dame.”

Introduction

Dans un texte précédent, François Habert écrit à Perrette Basilic qu’elle est si belle que son œil est plus dangereux que celui du monstre mythologique dont elle porte le nom et qu’il suffit de la regarder pour tomber amoureux d’elle. Dans le dizain qui suit, cette dame, dont on ne connaît rien d’autre que ce que ce bref échange nous laisse entrevoir, répond au poète.


Texte

Si je sçavoys[1] que mon oeil meist[2] à mort
Le regardant, il seroit arraché
Ou, pour le moins, j’auroys bien ce remord
De le[3] tenir le plus souvent caché.
Car j’ay le cueur, d’aultre amour empesché[4],
Qui me deffend, sur peine de mourir,
Aultre amoureux par grace secourir.
Dont[5] si celuy qui au vif me regarde
Peine ne mect d’aultre chose acquerir,
Dedans mon cueur sa prudence je garde[6].

Source : Le Livre des visions fantastiques, 1542.

[Pour voir le texte auquel ce dizain répond, cliquez ici]


Notes

[1] Si je savais.

[2] Mit (passé simple du verbe mettre).

[3] Le pronom COD renvoie à “mon œil”.

[4] Car j’aime déjà quelqu’un d’autre.

[5] Graphie possible à l’époque (mais plus aujourd’hui) pour donc.

[6] La dernière phrase a une syntaxe un peu complexe. On peut la paraphraser ainsi : “Donc si celui qui me regarde directement ne cherche pas, en me regardant, à me séduire (autrement dit: s’il n’a pas d’idées derrière la tête lorsqu’il me regarde), dans mon cœur je prends soin de sa sagesse”.


Questions

Sur le dizain de Perrette Basilic
  1. Que cherche à faire comprendre la dame à son interlocuteur dans cette épigramme ?
  2. Quelle image cela nous donne-t-il d’elle ?
Sur les deux épigrammes de F. Habert et de P. Basilic
  1. Montrez que, pour répondre, Perrette Basilic reprend des éléments clés de l’épigramme initiale de François Habert.
  2. Comment expliquez-vous que François Habert ait intégré ce petit dialogue à son recueil de poésie ? Quel effet cherche-t-il selon vous à produire sur son lecteur ?
  3. Dans la poésie pétrarquiste, le motif de l’œil est souvent employé car on considère que les flèches empoisonnées d’Amour sont envoyées de l’œil de la dame à celui de son amant puis que, de là, cette flèche descend jusqu’à son cœur pour s’y ficher. Cherchez, dans cette anthologie ou dans vos manuels, d’autres poèmes pétrarquistes qui emploient ce motif. Le font-ils toujours de la même façon ?
  4. Dans la mythologie déjà, le basilic n’est pas le seul à avoir le regard qui tue. C’est également le cas d’un personnage comme Méduse. Préparez un exposé sur la façon dont ce personnage a été représenté dans la littérature et les Arts de la Renaissance.

Glossaire, j’y serre mes gloses*

[*D’après un titre de Michel Leiris]

Remplissez cette grille de mots croisés pour révéler le mot mystère composé des lettres figurant dans les cases rouges.

  1. Dans un poème qui rime, ce ne sont jamais des lignes.
  2. Partie du corps dangereuse pour les amants.
  3. Le Basilic est un personnage issu de la grecque.
  4. Madame Basilic le partage avec une laitière de Jean de La Fontaine.
  5. Ce poème en est un.
  6. C’est le mètre de ce poème.
  7. Entre nos deux auteurs d’épigrammes, il n’est pas partagé.

Quel est le mot mystère ?

→  _ _ _ _ _ _


Pour citer cet article : Perrette Basilic, “Si je sçavoys que mon oeil meist à mort”, 1542, texte édité par Violette Salerno, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 21 février 2021, https://fdt.hypotheses.org/541, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search