Anonyme, “De mon las cueur j’ay donné le pouvoir”, 1542

“Aultre huictain.”

De mon las cueur j’ay donné le povoir
Au dieu d’amour, affin de le pourveoir.
Mais cest enfant, qui de sa torche ardante
Le brusle et ard, s’en joue et le tourmente.
Encor je crains que pis il ne luy face,
Veu que bendéz sont les yeulx de sa face,
Possible n’est (doncques) qu’il ne le perde
S’il est enfant aveugle, et ne le garde.

Source : La Fleur de poesie françoyse, 1542.


Pour citer cet article : Anonyme, “De mon las cueur j’ay donné le pouvoir”, 1542, texte édité par Alyssa Goudet, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 21 février 2021, https://fdt.hypotheses.org/562, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search