Étienne Forcadel, “Vescu avons virilement robustes”, 1551

“Les vieux.”

Texte

Vescu avons virilement robustes,
Beaux, advenans, souples à tous propos.
Voicy crosler noz chefs jadis venustes
A l’approcher de la fiere Atropos.
Mais, puis que Mort travaillant sans repos
Tant le chanu que le jeune conduit,
Prenons encor espece de deduit.
Foible est le corps, mais l’ame se renforce,
Dont plus de bien la Vieillesse produit
Car le corps n’est de l’ame que l’escorce.

Source : Poesies, 1551.



Citer ce billet
Allan Afonso (2024, 4 avril). Étienne Forcadel, “Vescu avons virilement robustes”, 1551. Fleur des Tanneurs. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5x5

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search