Clément Marot, “La nuict passée à moy s’est amusé”, 1538

“D’ung Baiser reffusé.”

Texte

La nuict passée à moy s’est amusé
Le Dieu d’Amours, au moins je le songeoys,
Lequel me dist : “Pauvre Amant refusé !
D’ung seul baiser, prens reconfort, et joye.
Ta Maistresse est de doulceur la montjoye,
Dont (comme croy) son reffuz cessera.”
“Ha, dis je, Amour, ne sçay quand ce sera !
Le meilleur est que bien tost me retire :
Avec sa Dame à peine couchera
Qui par priere ung seul baiser n’en tire.”

Source : Les Œuvres, 1538.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Maylis Barbat (25 mars 2024). Clément Marot, “La nuict passée à moy s’est amusé”, 1538. Fleur des Tanneurs. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w32d


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search