Charles Fontaine, “Ton euvre assez de louenge te donne”, 1557

“A Jaques Pelletier.”

Introduction

Qui est Charles Fontaine ?

C’est le poète qui a composé cette épigramme. Il la dédie à un autre poète : Jacques Peletier du Mans.
Charles Fontaine naît à Paris en 1514 mais s’installe à Lyon où il vit jusqu’à sa mort, dont on ne connaît pas exactement la date mais qui intervient après 1564. Lyon est un lieu très important pour les Lettres à la Renaissance. On y trouve en particulier beaucoup d’imprimeurs et de libraires. Charles Fontaine travaille lui-même pour l’imprimeur-libraire Jean de Tournes.
Il commence sa carrière poétique en suivant les traces de Clément Marot. Il prend par exemple la défense de ce “Prince des poètes français” lors de sa querelle avec Sagon. Il pratique aussi des genres littéraires, comme l’étrenne, dans lesquels ce modèle a pu s’illustrer. Mais il souhaite par dessus tout se faire une place parmi les poètes de son temps, et tâche donc d’écrire à tous ceux dont il peut espérer attirer l’attention. Ainsi, au milieu du XVIe siècle quand les poètes du règne de Henri II commencent à écrire, il essaie de leur emboîter le pas en adoptant les genres nouveaux qu’ils ont mis au goût du jour, par exemple l’ode, que Ronsard a introduit, sous ce nom grec en tout cas, dans la poésie française à partir de 1550.
Toutefois, les rapports de Fontaine avec les jeunes poètes qu’on désigne par commodité sous le nom de “la Pléiade” sont difficiles. Ce n’est pas parce qu’ils essaient de les imiter et de leur plaire qu’il est accepté d’eux : sa façon d’écrire est assez éloignée de ce que Du Bellay ou Ronsard essaient de faire, même lorsque ceux-ci changent la “muse haute” de leurs débuts (c’est-à-dire un style plein d’orgueil, de références littéraires antiques complexes et de vocabulaire recherché) pour une façon d’écrire plus simple. Fontaine lui aussi est simple, il parle souvent de sujets du quotidien sur un ton presque naïf. Mais sa “muse basse” ne ressemble pourtant pas à celle des Amours de Marie de Ronsard ou aux Regrets de Du Bellay. Il n’est donc pas considéré, malgré ses efforts, comme faisant partie de la nébuleuse de la Pléiade.

Qui est Jacques Peletier ?

Jacques Peletier du Mans (1517-1582) est un important humaniste de la Renaissance, qui s’intéresse à des sujets et à des disciplines très variés, comme c’est souvent le cas à cette époque. Ainsi, il est à la fois mathématicien (voir par exemple son Aritmetique, publiée en 1549), réfléchit à un système d’orthographe phonétique (Dialogue de l’ortografe e prononciation françoese, 1550) et écrit de la poésie. C’est dans un de ses recueils,(Les Œuvres   poetiques, 1547) que Ronsard et Du Bellay font paraître leurs premiers poèmes. Il fait partie avec eux de la nébuleuse de la Pléiade.
Originaire du Mans, comme son nom courant l’indique, il vit, enseigne et publie à Poitiers dans les années 1540 et jusqu’en 1553. À partir de 1554, il s’installe pour quelques années à Lyon où il travaille en collaboration avec le célèbre imprimeur Jean de Tournes chez qui il publie par exemple son Algebre (1554) ou son Art poëtique (1555). Dans cette officine, il a forcément dû rencontrer Charles Fontaine ainsi que beaucoup de poètes lyonnais comme Maurice Scève, par exemple.

Dans cette épigramme, Charles Fontaine fait l’éloge de Jacques Peletier du Mans. Il recourt donc au registre encomiastique. 


Texte

Ton euvre assez de louenge te donne
Et ce flambeau, par toy mesme alumé,
De tel honneur et splendeur t’environne,
Que Phebus[1] dit qu’aurois trop presumé
Si je pensois à ton Nom cler-aymé
Donner clarté par la mienne alumette
Ou faire un vers plus net et mieux limé
Que ce beau vers de ta Muse tant nette.

Source : Odes, enigmes et epigrammes, 1557.


Note

[1] Phébus est l’équivalent latin du dieu grec Apollon. Comme lui il représente à la fois le soleil, la beauté et les arts, en particulier la musique et la poésie. C’est à ce dernier titre que le poète en fait le juge de ses propos.


Questions

  1. Relevez le champ lexical de la lumière dans l’épigramme. De quelle manière est-il mis au service de l’éloge du destinataire du poème ?
  2. Au v. 5, Charles Fontaine place à la rime un adjectif composé, “cler-aymé”. Faites une recherche pour savoir quels poètes de son temps utilisaient fréquemment ce type de néologismes. Que cherche à faire le poète en employé un qualificatif de ce type ?
  3. Au v. 6, on trouve l’expression “la mienne alumette” : que signifie-t-elle ? quelle est la figure de style employée ? quelle image du poète cela donne-t-il ? en quoi cela sert-il le projet encomiastique du poème ?
  4. Selon vous que signifie l’expression “ta Muse” au vers 8 ?
  5. Paraphrasez le sens du poème.

En lisant, en écrivant*. Écrit d’appropriation

[*D’après un titre de Julien Gracq]

Sujets d’invention
  1. À la manière de Charles Fontaine, écrivez une épigramme encomiastique. Vous devrez composer un huitain adressé à une personne réelle (connue de vous ou non) qui fera son éloge en employant une ou plusieurs références mythologiques.
  2. Vous êtes Jacques Peletier du Mans, vous venez de lire le poème de Charles Fontaine et vous décidez de lui répondre. Votre texte poura prendre la forme d’une épître en prose ou en vers (à rimes plates).
  3. Vous êtes encore Jacques Peletier du Mans mais vous écrivez cette fois une épître en prose à votre ami Pierre de Ronsard pour l’informer que Charles Fontaine vient de publier ce poème dans son dernier recueil. Vous expliquez à votre ami ce que vous avez pensé du poème mais aussi du procédé consistant à rendre public l’éloge qui y est fait de vous.

Lectures complémentaires

  1. Vous pouvez consulter le recueil imprimé de 1557 dont est extrait ce poème de Charles Fontaine pour en lire d’autres du même auteur : Odes, enigmes et epigrammes.
  2. Si vous souhaitez lire d’autres épigrammes encomiastiques vous pouvez sélectionner dans « Ton ou registre » la catégorie « encomiastique » du carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs ou cliquer ici.

Sitographie

Notices
  1. Notice Charles Fontaine sur Wikipédia.
  2. Notice Jacques Peletier du Mans sur Wikipédia.
  3. Carnet de recherche Font@ine d’Élise Rajchenbach et de l’équipe de chercheurs en train de rééditer les œuvres de Charles Fontaine.
  4. Notice Charles Fontaine des Bibliothèques françoises de La Croix du Maine (BibFR – BVH).
  5. Autres notices des Bibliothèques françoises de La Croix du Maine mentionnant Charles Fontaine (BibFR – BVH).

Pour citer cet article : Charles Fontaine, “Ton euvre assez de louenge te donne”, 1557, texte édité par Laurène Misman, carnet Hypothèses Fleur des Tanneurs, 22 février 2021, https://fdt.hypotheses.org/646, article consulté le 9 août 2022.

[U. de Tours | CESR (UMR 7323 CNRS) - L3 Lettres].


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search