Charles Fontaine, “Puis qu’à plein poing tiens les cheveux”, 1557

“Au Roy.”

Texte

Puis qu’à plein poing tiens les cheveux
Du beau front chauve par derriere,
Ore-ore, encores mieux, tu peux,
(Et tu le peux bien si tu veux)
Tourner plus outre en plus arriere.

Source : Odes, enigmes, et epigrammes, 1557.



Citer ce billet
Equipe éditoriale de la Fleur des Tanneurs (2024, 12 mai). Charles Fontaine, “Puis qu’à plein poing tiens les cheveux”, 1557. Fleur des Tanneurs. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11nto

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search